« Ni le soleil ni la mort ne se peuvent regarder en face »  dit l’adage.

C’est pourquoi le droit reconnaît à toute personne  « la dignité humaine inhérente à tous les membres de la famille humaine », (cf Préambule de la Déclaration universelle des droits de l’homme.)

Défendre les droits du patient vulnérable qui souffre, respecter la dignité de la personne malade et promouvoir la place de celle-ci, représentent des objectifs essentiels au système de santé français. Les droits des patients concernent la vie du patient de sa conception à sa mort. Le patient en tant qu’acteur de santé est au centre de la démocratie sanitaire. Lui reconnaître des droits individuels mais aussi collectifs participe de cet idéal. Encore faut-il que ceux-ci soient effectifs et qu’en cas de violation, des dispositifs efficaces existent mais aussi sanctions et des réparations adéquates puissent réellement voir le jour en cas de manquement fautif dans la prise en charge de la douleur du patient.

Pour en savoir plus sur l’ouvrage cliquer ici.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.